Mardi Art du 19 mars 2013

La famille Arties est un collectif de musiciens de niveau international réunis autour d’une passion commune pour la musique de chambre.

famille_arties_logo_siteArtistes confirmés et à la renommée déjà acquise, ou jeunes talents en devenir, la famille Arties s’appuie sur l’envie de ses artistes de traverser et de s’approprier les plus belles pages de la musique de chambre en les proposant au public de manière accessible. La famille Arties souhaite au cours de ses programmations sortir du réseau traditionnel et parfois élitiste de la musique classique. Son ambition est d’aller à la rencontre des publics, de s’affranchir des codes et du protocole des concerts classiques, d’offrir l’excellence musicale dans un esprit convivial, généreux et spontané.


Fichier PDF

Témoignage de Floriane

« Avant de commencer l’option Art Danse, je faisais de la danse moderne. Pour moi, la danse c’était ça, danser sur le rythme de la musique. En m’inscrivant à cette formation je m’attendais donc à danser sur Lady Gaga et sur David Guetta. Lors du premier cours de danse, on nous a demandé de danser notre prénom. J’étais complètement perdue, je ne m’attendais pas du tout à ça… Passée de la 2nde à la 1ere, de la 1ere à la Terminale, j’ai finalement très apprécié cette formation qui m’a enrichie de manière générale. J’ai rencontré des artistes qui m’ont aidés à me lâcher. J’ai appris à ouvrir mon esprit, regarder autrement autour de moi, analyser un spectacle et à danser d’une autre manière. Nous étions de plus bien encadrés, que ce soit par les enseignants ou les intervenants, ils étaient tous à notre écoute et nous aidaient.

Aujourd’hui je ne regrette absolument pas d’avoir fait cette formation car elle m’a changé. Je garde l’habitude d’analyser les démonstrations artistiques auxquelles je participe, j’ai plus de facilité pour comprendre des tableaux, des spectacles…

Après avoir obtenu mon Bac L je me suis inscrite en formation de Responsable d’Accueil en alternance. Je travaille actuellement à M.A.B Development, une entreprise de construction de centre commerciaux tel que Domus. La formation dans laquelle je suis ne me permet malheureusement pas de pratiquer de la danse à l’extérieur à cause du manque de temps, et pour vous dire… La danse me manque terriblement ! »

Floriane Moizard, ancienne élève de TL spécialité danse en 2011/2012.

Mardi Art du 29 janvier 2013

P1040591 L’étranger au paradis est un objet unique en son genre, qui invite 12 danseurs différents à chaque représentation à interpréter une chorégraphie réglée au millimètre après seulement quelques heures de répétition.

Les interprètes envahissent d’impressionnantes toiles colorées aux dessins géométriques enchevêtrés et composent un kaléidoscope en mouvement perpétuel, fait de rouages imbriqués ou de mécanismes d’horlogerie.

Les mouvements inattendus du groupe réveillent des sensations liées aux plaisirs des jeux de construction ou encore aux délices des logiques labyrinthiques. Un Tétris chorégraphique ? Une danse hypnotique ?

Pour ce spectacle, David Rolland invite la chorégraphe Béatrice Massin, spécialiste de la danse baroque, et la plasticienne et poète sonore Anne de Sterk à créer chacune une séquence et faire ainsi dialoguer leurs écritures.

Chorégraphie : David Rolland

Interprètes : Enseignement série littéraire spécialité danse : ABOLO MBITA Delphine , DEMBELE Awa, DORMIO Justine, DROUILLARD Laura, GUILLAUME Mathilde, MALROUX Alexandra, SEINCE Coralie et ZIELINSKA Paulina. Enseignement option faP1040598cultative EPS danse : Leloué Maëva et Toureille Lisa

Assistantes du chorégraphe : Valéria Giuga et Fani Sarantari

Partenaire : Scène Nationale de Marne-la-Vallée – La Ferme du Buisson

Présentation réalisée dans le cadre du « Mardi Art » du 29 janvier 2013, dispositif soutenu par la Région Ile-de-France et de la Délégation Académique à l’éducation Artistique et Culturelle de l’Académie de Créteil.

Mardi Art du 26 février 2013

« Daniel lafillequidanse_3-Laurent-PhilippeDobbels, chorégraphe en résidence au Forum, scène conventionnée de Blanc-Mesnil vous invite à cotoyer le mystère du geste rare… »

La compagnie De l’Entre-Deux est en résidence au Forum/scène conventionnée de Blanc-Mesnil avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis.


Fichier PDF

Mardi Art du 5 février 2013

Le_ballon_noir_Les terrains les paratonnerres la banquise le doute et la tenue la parole les tigres l’investissement dans le bien faire le ciel qui devient vert la solitude des bois un corbeau rouge le rien la boue qui boue l’amusement et le sérieux la mort la mer l’aplomb la mousse de bitume les papillons la rue un cheval dans les toilettes un tunnel un attrape chien la cuillère d’amertume les pas de cotés les appelles le glissement l’armoire fermée le chêne liège le collant les mélodies solitaires

Une esquisse improvisée sur l’enfant. Ce qui fait une partit de l’enfance. Il reste toujours des traces si prenantes, agréables et désagréables. Toujours l’origine.

Chorégraphie : Lucas Manganelli


Fichier PDF – Affiche

Exposition au CDI : « A chaque danse ses histoires ». Le spectacle chorégraphique entre narration et abstraction

Qui n’a jamais entendu à la sortie d’un spectacle de danse : « Cela veut dire quoi ? » ou encore « Je n’ai rien compris ». Le spectacle chorégraphique porte-t-il un récit, transmet-il un message ? Faut-il nécessairement qu’il raconte une histoire ? Du ballet de cour au hip hop, que nous dit la danse ? Au fil des siècles s’est souvent posée la question du sens de la danse, de sa capacité narrative, de son expressivité. Parallèlement, à toutes les époques, le mouvement, l’espace, le rythme, etc. sont aussi façonnés pour eux-mêmes dans nombre de chorégraphies ou de ballets.

Du 1er février au 1er mars 2013 au CDI.

01

Mardi Art du 29 janvier 2013

« L’étranger au paradis » Spectacle audioguidé en 6 actes

Conception : David Rolland 2 auteures invitées : Béatrice Massin et Anne de Sterk

etranger_web

L’étranger au paradis est un objet unique en son genre : à chaque représentation, 11 nouveaux danseurs interprètent une chorégraphie réglée au millimètre après seulement quelques heures de répétition. Ils envahissent d’imposantes toiles imprimées de dessins géométriques enchevêtrés et composent un kaléidoscope, fait de rouages imbriqués ou de mécanismes d’horlogerie. Les mouvements inattendus du groupe réveillent des sensations liées aux plaisirs des jeux de construction ou encore aux délices des logiques labyrinthiques. Pour ce spectacle, David Rolland invite la chorégraphe Béatrice Massin, spécialiste de la danse baroque, et la plasticienne et poète sonore Anne de Sterk.

Conception du projet : David Rolland Auteures invitées : Béatrice Massin, chorégraphe et Anne de Sterk, plasticienne et poète sonore Assistante à la chorégraphie et interprétation : Valeria Giuga

Interprétation : les élèves de 1L et TL spécialité Art Danse : DORMIO Justine, SEINCE Coralie, VELLAYEN Ange-Line, ABOLO MBITA Delphine, ANGI Mergul, DEMBELE Awa, DROUILLARD Laura, GUILLAUME Mathilde, MALROUX Alexandra et ZIELINSKA Paulina.

Plasticien (sur tapis Square et Rencontre du 3e type) : Jean-François Courtilat

Création musicale et régie son : Roland Ravard

Musiques additionnelles : Magnificat à 3 voix H.73 de Charpentier

L’étranger au paradis interprété par Gloria Lasso

Création et régie lumières : Sylvie Debare

Régie de plateau : Pierre Peronnet

Système HF : Laurent Pinet

Assistants construction des décors : Hugo Bossaert ; Anne Reymann ; Norman Barreau-Gély

Assistant graphisme tapis : Éric Garnier

Stagiaires : Laure Peyramayou et Nathan Sobreira

Partenaires : Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC des Pays de la Loire (aide à la compagnie chorégraphique), le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil Général de Loire-Atlantique, la Ville de Nantes, la Ville de Bagnolet et le Conseil Général de Seine-Saint-Denis. Production : association ipso facto danse Coproduction : Centre chorégraphique national de Nantes Claude Brumachon – Benjamin Lamarche (accueil-studio), L’Intervalle – Noyal sur Vilaine, Musique et Danse en Loire-Atlantique. Avec le soutien de : Le Grand R, scène nationale de La Roche sur Yon, TU – Nantes, le Centquatre – Paris, L’Echangeur – Cie Public Chéri.


Fichier PDF – Affiche Mardi Art

Mardi Art du 11 décembre 2012

« EMBRACE » de la Compagnie Affari Esteri

Embrace_-_Cie_Affari_Esteri_2_

embrace : enlacer, contenir, comprendre. embrace explore la relation sensible et variable de deux hommes en face à face, contraints et complices dans leur quête d’identification multiple. C’est dans le glissement des valeurs identitaires que des intentions poétiques se déploient : du récit amoureux au rapport gémellaire, du corps social au corps sensible… l’autre comme témoin et miroir, support et accompagnateur à la fois. Des renvois formels y font écho : l’unisson, la symétrie, la répétition… Voix et musique, syncopées, mesurées, palpitantes, répondent à l’endurance, à la fluctuation, aux élans des corps en mouvement. La musique crée rupture et intermède, la voix suggère, envahie, exprime, scande, raconte… Ensemble, ils développent une partition fragmentée dans une tension teintée d’émotions, pulsations, cadences et respirations. Les correspondances, entre les différentes lignes créatrices, tendent à croiser les lectures d’une partition à plusieurs voix, à interroger les sens, le sens. embrace accueille comme un réceptacle symbolique, les substances que transporte ce voyage chorégraphique dans une continuelle projection de créer relation. Une réflexion sur l’existence de soi à travers l’autre.


Fichier PDF

Mardi Art du 11 décembre 2012

embrace : enlacer, contenir, comprendre. embrace explore la relation sensible et variable de deux hommes en face à face, contraints et complices dans leur quête d’identification multiple…Embrace_-_Cie_Affari_Esteri_2_

Mardi Art du 18 septembre 2012

Toujours à la recherche de nouvelles interactions entre une proposition artistique, l’espace où elle se situe et ceux à qui elle est destinée, le Collectif AOC met en place des interventions circassiennes modulables regroupées sous le nom de « vadrouilles »

Collectif_AOC_2_

Basées sur la notion d’intégration à un lieu donné (intérieur ou extérieur) elles ont vocation à s’installer tout aussi bien dans l’espace public, dans des lieux de patrimoine que dans des manifestations singulières. Par ces petites intrusions, nous voulons aller à la rencontre du public, le retrouver chez lui dans son espace familier et « perturber positivement » son environnement en y implantant des agrès de cirque. C’est aussi l’occasion de faire découvrir, en dehors de nos spectacles sous chapiteau, un réel savoir faire circassien où le geste hautement technique transformé par l’approche chorégraphique est devenu la véritable marque de fabrique de la compagnie. En nous laissant la possibilité de construire et déconstruire son schéma selon le contexte, nous espérons permettre une plus grande accessibilité de notre univers créatif et surtout offrir à un large public, des propositions empreintes de proximité.

Agrès : trampoline

Horaire : 11h20

Durée : 25 min

Pour toutes les classes.