Jeudi art du 1er avril 2010

Raphaël Dupin, chorégraphe dansera « 10ème minute corner ». Le N°7 convoque la mémoire d’un corps sportif sur le terrain de la danse. Arrêt de jeu / Penalty / errance. Au milieu de l’échange, n° 7 doit redoubler de vigilance et trouver le geste juste, maîtrisé, vrai. Coup-franc / Accélérations / Perditions. N°7 est dans le jeu, le jeu d’un homme face à un mur.

Raphaël Dupin, danseur et Olivier Dehin , plasticien rencontreront de 9h15 à 11h15 deux classes de seconde. Presque toutes les classes de seconde, première, terminale, BTS, à ce jour, ont pu échanger au moins une fois avec l’artiste pour mieux comprendre sa démarche artistique.

Merci d’avance à tous pour votre participation de plus en plus respectueuse et intéressée et rendez vous à jeudi.

Jeudi art du 1er avril 2010

Raphaël Dupin, chorégraphe dansera « 10ème minute corner ». Le N°7 convoque la mémoire d’un corps sportif sur le terrain de la danse. Arrêt de jeu / Penalty / errance. Au milieu de l’échange, n° 7 doit redoubler de vigilance et trouver le geste juste, maîtrisé, vrai. Coup-franc / Accélérations / Perditions. N°7 est dans le jeu, le jeu d’un homme face à un mur.

10e_corner_9513Raphaël Dupin, danseur et Olivier Dehin , plasticien rencontreront de 9h15 à 11h15 deux classes de seconde. Presque toutes les classes de seconde, première, terminale, BTS, à ce jour, ont pu échanger au moins une fois avec l’artiste pour mieux comprendre sa démarche artistique.

Merci d’avance à tous pour votre participation de plus en plus respectueuse et intéressée et rendez vous à jeudi.

Jeudi art du 3 décembre 2009

AU PROGRAMME TROIS PIÈCES DU CHORÉGRAPHE CHRISTIAN BOURIGAULT

PM-2

Princesse Métamorphée est une créature double, mi-féminine mi-animale, un être hybride au croisement du merveilleux et de l’effroi. La robe, faite d’une superposition de costumes, s’effeuille lentement dévoilant ainsi des identités multiples. Le personnage dépose au sol ses mues successives comme autant de cailloux laissés par le Petit Poucet, comme autant de traces de ses rêves… ou de ses cauchemars Conception et interprétation : Christian Bourigault

A partir de Vis à Vis, une forme intimiste où l’espace public du théâtre est privatisé pour chaque visiteur. Les spectateurs déambulent entre ces espaces ouverts, semi-ouverts ou clos et choisissent les interprètes qu’ils souhaitent rencontrer. Les propositions des acteurs danseurs qui mettent en jeu la sensualité amènent le spectateur dans un certain trouble, face auquel il a le choix de résister ou de s’abandonner. Composition : élèves à partir de la pièce de C.Bourigault Interprétation : élèves de terminale option EPS et Art

Vidéo Masculin pluriel est l’émergence de l’intime à travers la diversité des corps et des paroles des interprètes. « Mon désir est de faire émerger le sensible et l’intime dans cet échange au masculin et de (re)mettre les hommes en situation d’exposition et de dévoilement. Ceci implique un changement d’attitude fondamental par rapport aux rôles sociaux, professionnels et familiaux derrière lesquels les hommes s’abritent pour faire la preuve qu’ils existent en tant qu’hommes. » C. Bourigault.