Journée Franco-Allemande

arton230Dans le cadre de la journée Franco-allemande, les élèves de seconde en section européenne Allemand ont réalisé une exposition qui sera installée dans le hall du lycée. Un travail a été effectué par les élèves, leur professeur d’allemand, l’assistante d’allemand et leur professeur de physique-chimie sur les prix Nobel Allemand.(Apports de personnalité allemandes à l’évolution des sciences).

Le restaurant scolaire servira un repas allemand le Jeudi 23 Janvier 2014, au menu le traditionnel : « La Currywurst de Berlin ou saucisse au ketchup et curry ».

L’Association Artistique Danse rejoint Facebook…

L’Association Artistique Danse du Lycée a rejoint le réseau social Facebook afin de créer un groupe des anciens danseurs et danseuses du lycée Charles de Gaulle. Il s’agira de vous informer de l’actualité chorégraphique du lycée et de celle de nos partenaires artistiques (la Ferme du Buisson à Noisiel et le Festival des Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis). Si vous êtes concernés, rejoignez notre groupe :

www.facebook.com/groups/assoartistiquelyceecdg/

P1040370

Mardi Art du 1er octobre 2013

NKULULEKO, de la compagnie VIA KATLEHONG DANCE

Via Katlehong rehearse at the Katlehong Arts Centre prior to their departure to France where they will participate at various arts and dance festivals.  Photograph  :  John Hogg.

Via Katlehong rehearse at the Katlehong Arts Centre prior to their departure to France where they will participate at various arts and dance festivals.
Photograph : John Hogg.

La compagnie : VIA KATLEHONG DANCE Créée en 1992, la compagnie menée par Buru Mohlabane, Vusi Mdoyi et Steven Faleni, tire son nom du township de Katlehong dans l’East Rand, un quartier déshérité où est née la culture contestataire pantsula. Nourrie d’une forte identité communautaire, Via Katlehong Dance poursuit une mission éducative, culturelle et sociale à l’attention des jeunes d’Afrique du Sud pour qui la danse représente une alternative à la criminalité. La compagnie fait aujourd’hui partie du paysage chorégraphique international, multipliant tournées et succès.

Le spectacle : NKULULEKO Savant mélange de pantsula, steps et gumboots, le spectacle fait feu de toute la danse néo-traditionnelle de leur état sans verser une seule seconde dans la présentation ethnologique plombante. Très physique, ludique, métissée, la danse de Via Khatlehong est une leçon de rythmicité et de technicité qui emporte tout sur son passage. Mais d’où peut bien venir cette incroyable énergie qui s’empare des corps de ces danseurs accomplis ? Les danses qu’ils nous proposent ici sont leur réponse à ces années d’ostracisme dont ils ont été si longtemps victimes, et pourtant pas un soupçon de haine, d’aigreur, de noirceur qui ne transpire ici. Juste le plaisir sain de danser jusqu’à la transe pour exister pleinement.

A 14h15 au gymnase du lycée pour toutes les classes de 2nde.

Hommage artistique à Claudie Bottier

Le lycée à rendu un hommage artistique au travail de Claudie Bottier, le mardi 25 juin 2013 de 19h à 21h en présence de sa famille, de ses amis, des enseignants, des anciens élèves, des artistes et des partenaires artistiques. Professeur de Danse et d’E.P.S. de 1991 à 2011, elle fut une enseignante engagée tout au long de sa carrière dans des actions Artistiques et Culturelles, pour l’enseignement de la Danse Contemporaine à l’École et pour permettre l’accès à l’Art au plus grand nombre. Elle a marqué l’histoire de notre établissement. Nous vous remercions sincèrement pour votre participation à ce moment.

 

Calendrier des « Mardis Art »

Rz_4Un fois par mois un artiste, grâce à nos partenaires la ferme du Buisson, le festival des rencontres chorégraphiques et la région Ile-de-France, vient présenter son travail au lycée. Cet événement permet aux élèves de découvrir diverses formes d’arts, de s’ouvrir sur le monde contemporain et de développer le regard du spectateur. La programmation en pièce jointe

Mardi Art du 21 mai 2013

« Sur un air deux… » est une chorégraphie en trois étapes, trois albums correspondant à trois périodes de l’histoire récente de la chanson française. Chaque album a une thématique et un parti pris esthétique et chorégraphique en relation avec l’époque de référence.

« Sur un air deux… », 3ème album, aborde la relation à deux en lien avec un univers musical et un texte préexistant. Le sens des mots, la musicalité de la chanson, son rythme et sa couleur, se frottent avec le sens et la musicalité de la danse. Chanson et danse se rencontrent, à l’unisson, en résonance ou en contrepoint, le traitement chorégraphique de la chanson en souligne un aspect particulier, parfois drôle ou décalé mais toujours dans le respect du texte original. Le choix de la chanson de variété française est une façon d’inviter plus spontanément le public vers le lieu de la danse. Il s’agit également de faire découvrir ou redécouvrir un répertoire de chansons.

Chaque album est une pièce courte indépendante d’une vingtaine de minutes qui peut-être jouée plusieurs fois par jour, sur un même lieu ou en itinérance. En effet, ces duos ont la particularité d’être adaptables à différents contextes d’espaces de jeu (rue, place, jardin privé, parc public, cour d’immeuble…). La légèreté technique participe de cette mobilité.

Chorégraphie : Christian Bourigault Interprétation et écriture du mouvement : Nicolas Diguet et Pauline Tremblay Durée 20’


Fichier PDF

Mardi Art du 23 avril 2013

F. ET STEIN, Réinterprétation de Christian Bourigault, 2000

Solo/Duo pour un danseur et un guitariste

f-et_stein_2_« Loin du groupe, loin de la troupe : être seul, être double. Etre deux : Frank et Stein. Frankenstein est un monstre de cinéma qui se donne à voir, à la fois effrayant et émouvant. Comme Elephant Man, c’est un être humain vulnérable à mi-chemin entre la mort, l’horreur et la vie, l’amour… f. et stein serait dans un décor de plastique et de vieux plâtres le spectacle de la résurrection monstrueuse. Dans cette rencontre d’un musicien de rock et d’un danseur chorégraphe contemporain naît une complicité nécessaire : devenir autre pour vivre. Pour le musicien, faire que sa musique mute en danse, la travailler encore et encore à la rendre si fine et si sauvage qu’elle devienne l’espace de la chorégraphie. Pour le danseur, se donner pour épreuve de danser sans chorégraphie : danser ses nerfs, danser sa peur, aux confins des limites. Bagouet alors, revient à ses personnages : la mort, la folie, la lumière. Et, en une alchimie mystérieuse, sous les coups de la musique, Bagouet les fait muter l’un et l’autre, avec une danse fragile mais élastique, désespérée mais vivante. Ce solo à deux se donne en spectacle à la fois comme un terrible appel au secours et une séduisante provocation à vivre. Il offre, comme la vie, son dérisoire et son espoir, et comme la mort, sa séduction et sa révolte. »

Jean-paul Montanari, programme de la compagnie Bagouet, 1983.

« Réinterpréter F. et Stein, créé en 1983 par Dominique Bagouet, c’est montrer une autre face de son oeuvre : celle de la faille, de la déchirure, de la démesure, de l’extravagance, de la dislocation, de la maladresse, de l’humour. Réinterpréter F. et Stein, c’est montrer « l’homme qui danse » pour reprendre une des expressions favorites de Dominique, avec qui j’ai partagé un bout de chemin et que j’avais envie de retrouver « le temps d’une petite danse » ». C. Bourigault

« La nuit d’un mort bien vivant […] Doté d’un sens inné de la théâtralité, il habite pleinement cet autoportrait où Bagouet convoquait ses fantômes intérieurs. Se dévoile alors la face cachée d’un danseur qui, entre exhibition, travestissement et dédoublement, cherchait son chemin dans une nuit où travaillaient l’angoisse et la mort. […] ». Extrait article de Laurence Perez, Zibeline, décembre 2007.

Chorégraphie Dominique Bagouet

Réinterprétation Christian Bourigault

Musique Sven Lava

Lumières Jacques Chatelet

Dispositif scénique Christine Le Moigne

Costumes Dominique Bagouet Réalisation Maritza gligo

Régie lumières Sylvie Debare

Maquillage Sylvie Chaintrier

Oeil et oreille complices Jean-Charles Di Zazzo

Catherine Legrand, Yan Raballand

Mémoire vidéo Charles Picq avec l’accord des Carnets Bagouet


Fichier PDF – Affiche 1

Charivari 2013

Le temps d’une journée, écoliers, collégiens et lycéens investissent les scènes de la Ferme. P1040678Ce rendez-vous est l’occasion de dévoiler l’ensemble des ateliers artistiques menés durant l’année entre les élèves des établissements partenaires et les artistes complices de la Ferme du Buisson. Théâtre, danse, arts visuels et plastiques… découvrez les créations originales de ces artistes en herbe.

Présentation des travaux chorégraphiques de fin de cursus scolaire dans le cadre du festival Charivari à la Ferme du Buisson, le samedi 18 mai à 14h30.

Travaux d’élèves


Charivari 2013

7 avril 2013

Présentation des travaux chorégraphiques de fin de cursus scolaire dans le cadre du festival Charivari à la Ferme du Buisson, le samedi 18 mai à 14h30 …

Lire la suite de l’article…


Mardi Art du 29 janvier 2013

18 février 2013

Les élèves de 1ère et Terminale spécialité danse en série littéraire ont interprété des extraits de la pièce « l’étranger au paradis » de David Rolland dans le cadre des « Mardis Art »

Lire la suite de l’article…


Charivari 2012 en images …

26 mai 2012

 

Présentation des travaux …

Lire la suite de l’article…


Charivari 2011 en images …

28 mai 2011

 

Présentation des travaux …

Lire la suite de l’article…


Charivari 2010 en images …

29 mai 2010

 

Présentation des travaux …

Lire la suite de l’article…

Mardi Art du 9 avril 2013

« What you want ? » de Thomas Le Brun

Ceci n’est pas un spectacle chorégraphié, mais improvisé…

Il s’agit cependant et tout de même d’un spectacle chorégraphique ! C’est-à-dire qu’il s’agit d’un spectacle chorégraphique qui n’est pas chorégraphié, mais improvisé… Donc d’un spectacle chorégraphique improvisé… Et c’est un solo… ou plutôt, en solo… On peut donc dire qu’il s’agit d’un solo chorégraphique improvisé… Voilà !…

Solo_What_you_want

Working-girl ou star de la chanson… Meneuse de revue ou crooner des années 40 soudainement pris par la fièvre du mouvement intérieur incontrôlé… On ne sait pas qui entrera sur le plateau. Une chose est sûre, c’est qu’il (ou elle) a embarqué sa discothèque de vinyles avec lui (ou elle)… Pas tout non plus… Une partie de ses chansons préférées (ou pas ?).

En tous cas, cette créature compte sur vous pour l’amener hors de ses habitudes et pour être tout aussi surprise que vous, si ce n’est plus… C’est de la danse, c’est de l’impro, c’est du direct !

Avec Thomas Lebrun Lumières : Inconnues Musiques : à vous de choisir… Durée : En général, de 20 à 30 minutes

Production : Compagnie Illico